UNE TOUTE PETITE HISTOIRE…SUR L’ARABO-ISLAMISME

L’un des éléments déclencheurs de la crise d’identité nationale, au sein du PPA-MTLD, est la préparation du memorandum que devait soumettre Ahmed Messali à l’ONU, dans lequel la direction du parti présentait l’Algérie comme « arabe et musulmane depuis le 7e siècle », s’incrivant ainsi dans le moule de l’arabo-islamisme et du nationalisme arabe. L’autre élément est la rédaction, puis la diffusion du document doctrinaire intitulé « L’Algérie libre vivra » (http://soummam.unblog.fr/2009/04/23/crise-du-ppa1949-algerie-libre-vivra-idir-el-watani-telechargeable-en-pdf/) et signé de Idir El Watani, pseudonyme choisi par un groupe de cinq militants nationalistes (M. Belhocine, S. Oubouzar, S. Hadjeres, Y. Henine, S. Ali Yahia) qui situe l’Algérie dans la continuité historique depuis plusieurs millénaires. Entre les deux conceptions, le compromis est impossible. Ce clash de 1949 aurait d’ailleurs pu survenir à tout moment de l’évolution du mouvement national. Les dégâts ont été considérables et l’Algérie d’aujourd’hui paie les conséquences de ce ratage historique. L’histoire est faite par des hommes et des femmes. Des individus ont parfois changé le cours de l’histoire en agissant au moment opportun, en fonction de leur vécu et/ou de leur histoire personnelle. Dans sa volumineuse production sur l’histoire du mouvement national algérien, Mohamed Harbi, en homme averti, recommande d’observer les acteurs, leur histoire personnelle ainsi que leur itinéraire afin de mieux cerner et de comprendre les évènements. Dans cette optique, l’engagement têtu dans l’arabo-islamisme du PPA-MTLD, puis du FLN et enfin du groupe qui a pris le pouvoir après 1962 pourrait s’expliquer par les trajectoires personnelles des hommes qui ont joué les rôles clés : Messali, Ben Bella, Boumediène et Lacheraf. Nous soumettons au lecteur les éléments ci-dessous afin de susciter le débat et d’éclairer l’avenir de notre pays.

Ahmed Messali

(http://fr.wikipedia.org/wiki/Messali_Hadj)

« Son père est le descendant d’un janissaire Ottoman d’origine albanaise arrivé lors de la présence des Ottomans en Algérie et qui engendre par la suite des koulouglis. Sa mère est issue d’une famille d’origine andalouse ». Lorsque Messali a créé le PPA en 1937, c’était un recul par rapport à l’Etoile Nord-Africaine (ENA), au niveau des revendications politiques comme au niveau identitaire. C’était le premier pas dans l’arabo-islamisme et le nationalisme arabe. En 1949, Messali n’était aucunement concerné par l’histoire millénaire de l’Algérie et de la berbérité et ne pouvait donc se revendiquer de l’héritage de Jugurtha. Il a décidé de faire débuter l’histoire de l’Algérie au 7eme siècle comme il aurait pu la faire débuter en 1516 lors de la prise du pouvoir à Alger par Aroudj et son frère Kheireddin, après avoir assassiné dans son bain le sultan d’Alger, Selim Outemmi (Diego de Haëdo, « Histoire des Rois d’Alger », éd. Bouchène, p 35).

Ahmed Ben Bella

Ben Bella est originaire de la région berbérophone de Taza – Tawrirt – Oujda, dans la famille des Ait Bella (ou Ait Ou Bella). Son père a pris part, du côté français, à la répression du soulèvement rifain pour l’indépendance du Rif puis du Maroc, mené par Mohand Abdelkrim des Ait Ouriaghen (Abdelkrim El khattabi, 1885-1963). A la fin de la destruction de la république du Rif par les armées françaises (commandée par le Maréchal Pétain) et espagnoles, la famille Ait Bella , comme celles des autres supplétifs indigènes, ont été transférées en Algérie, à Maghnia et ailleurs, pour empêcher la vengeance des leurs. L’engagement de Ben Bella dans l’arabo-islamisme exprime un refus de s’assumer, d’assumer son histoire et son identité. L’influence de Nasser et de l’idéologie panarabiste est, à notre avis, secondaire. Sa mémorable déclaration à l’aéroport de Tunis un certain 14 avril 1962 ne souffre d’aucune ambiguité dans le chapitre de la schizophrénie (« Nous sommes des Arabes ! Nous sommes des Arabes ! Nous sommes des Arabes ! »). Ben Bella a toutefois reconnu sa berbérité dans un journal français en … 1982 (« Je suis berbère. L’homme qui vous parle, Ahmed Ben Bella, est berbère »).

Mohamed Boukharouba (Boumediène)

Boumediène est un ancien élève de l’école coranique de Guelma, puis de la médersa de Constantine, avant de rejoindre l’université d’El Azhar au Caire. Il a fait partie du premier groupe de 7 militants algériens embarqués sur le bâteau Dinah, avec la première livraison d’armes de l’Egypte pour le FLN en mars 1955 (Fathi El Dib, « Abdel Nasser et la révolution algérienne », L’Harmattan, p. 58). Boumédiène est le pur produit de l’école arabo-islamique pour laquelle l’histoire de l’humanité se limite à l’islam et à la langue arabe. Le reste n’est que « jahiliya » !

Mostefa Lacheraf

Lacheraf (1917 – 2007) est « né dans un campement ayant suivi l’émir Abdelkader dans sa guerre contre les Français, son grand-père paternel est issu d’un brassage des tribus du sud, Sanhadjas et hillaliennes des Hauts-Plateaux… Tandis que du côté de sa mère, l’on pouvait revendiquer l’appartenance à une vieille famille algéroise émigrée d’Andalousie » (Hend Sadi, « Mouloud Mammeri ou la Coline emblématique », éd. Achab, p. 75). Lacheraf a joué le rôle d’idéologue, théoricien de l’arabo-islamisme avec un vernis moderniste, bien avant 1954 comme dans le FLN et l’après 1962. Contrairement aux autres acteurs qui ne savaient peut-être pas, lui il savait. Il a fait des études brillantes et a même été professeur au prestigieux lycée Louis Legrand à Paris. Son refus d’assumer son histoire et son identité véritable est d’autant incompréhensible. Malheureusement pour l’Algérie, M. Lacheraf a produit quelques disciples, certes minoritaires, qui continuent de ramer contre le mouvement de l’Histoire !

Aumer U Lamara

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s