UN REGARD NEUTRE…tout simplement.

par Jean-Pierre CHAMBARD

Je vais essayer de résumer ce que je crois comprendre. Il semblerait, tout d’abord, qu’il y ait un consensus assez large pour estimer que les tribus de la péninsule arabique ont effectué pour certaines des incursions (des razzias) et pour d’autres se sont installées au Maghreb en épousant des autochtones. Il y aurait donc au Maghreb, des Berbères et des Arabo-berbères. Deux courants antagonistes existent : 1 – Le panarabisme théorisé par le premier secrétaire de la Ligue Arabe Azzam Pacha et par Chekib Arslan, qui revendiquaient un empire arabe allant de l’océan Pacifique à l’océan Atlantique. Dans la foulée, l’ancien président Chadli Bendjedid déclare : « Il n’y a pas d’identité algérienne spécifique à l’Algérie, à part l’identité arabe et musulmane ». Et dans un mémorandum demandé par Messali Hadj et adressé à l’ONU, il est écrit : « L’Algérie est une nation arabe et musulmane depuis le VIIe siècle ». En clair, ce courant refuse de donner à l’existence de l’Algérie une origine plus lointaine que l’occupation arabe qui remonte au VIIe siècle de l’ère chrétienne. 2 – A l’inverse, si comme le dit Abou Tahar al-Tlemceni : « Il ne peut y avoir de nation sans un peuple », il ne peut y avoir de peuple sans une histoire, une langue et de nombreux Kabyles pensent que leur histoire, leur langue leur ont été volées par les tenants du panarabisme. Ils font référence au royaume de Numidie qui, 150 ans avant JC, dessine déjà les contours de l’Algérie actuelle, avec ses rois célèbres : Massinissa , Jugurtha, Juba I et II. Puis, trois figures de proue, Koceila, Kahina et Youghoumrassène ont résisté aux premières expéditions arabes. Jugurtha et la Kahina sont le symbole de la lutte multimillénaire pour la défense de l’indépendance du pays et la sauvegarde de la liberté. Cet antagonisme n’est pas qu’algérien et on le retrouve également au Maroc, comme j’avais déjà pu le constater lors de mon séjour à Casablanca en tant que coopérant technique, il y a maintenant 40 ans. S’il y avait une forte unité religieuse sur laquelle s’appuyait le roi Hassan II en se déclarant Commandeur des Croyants, il existait également une forte identité berbère. En fait, j’ai le sentiment que, petit à petit, se reconstitue la conscience d’un peuple, le peuple Amazigh allant de la Libye à l’Atlantique, qui voudra retrouver sa spécificité en rejetant le panarabisme tout en conservant la religion musulmane, d’autant que l’Islam n’est plus, et depuis longtemps déjà, l’apanage des Arabes, mais une religion universelle. Peut-être, allons-nous au Maghreb vers une entité Amazigho-musulmane, va savoir ? Je m’exprime probablement très mal, n’étant pas un littéraire, mais je suis persuadé que la notion de « monde arabo-musulman » disparaîtra au profit de l’Islam tout court, chaque peuple du Maghreb et du Moyen Orient retrouvant les spécificités qui lui sont propres. Vers qui ces peuples tournent aujourd’hui leurs regards pour leur avenir qui, à mon avis, ne peut se concevoir sans une part importante de la religion dans leur organisation sociale : les Ottomans d’Erdogan et les Perses d’Ahmadinejad ! Alors, est-ce un bien ou un mal, je n’en sais rien … mais après tout, ce ne sont que mes élucubrations. Ce qui est certain, c’est que dans ces pays, l’Histoire s’est mise en marche et qu’elle est porteuse de beaucoup d’espérance, alors vous et moi … espérons !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s