INFO-AUTO

Pour un tarif de 940 000 DA

GMS lance la berline Great Wall C30

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

 in El Watan

 

Le représentant de Mercedes-Benz, Jeep, Chrysler, Dodge et Great Wall (German Motors Service (GMS) vient d’enrichir sa gamme  de véhicules chinois d’un nouveau modèle. Il s’agit d’une berline au nom de Voleex C30.

Le lancement s’est déroulé au niveau de sa direction régionale d’Oran, la veille de l’ouverture du Salon Autowest. «Nous venons d’introduire ce véhicule dans un segment qui nous faisait défaut auparavant», affirme Tahar Alem, nouveau directeur commercial de Great Wall, avant d’expliquer qu’avec la C30, «Great Wall prendra de nouvelles parts de marché. Nous venons d’introduire cette berline à ce moment précis, pour répondre à une demande grandissante de la part de notre clientèle. C’est un véhicule sûr, super équipé et qui répond aux normes internationales en termes de confort et de prix», précisera notre vis-a-vis.

Longue de 4452 mm pour 1704 mm de largeur et 1480 mm de hauteur, la C30 arbore une face avant sobre, des lignes fluides et des feux arrière bien dessinés. A l’intérieur, l’assemblage est correct avec des matériaux acceptables. La planche de bord accueille les différents instruments, dont un lecteur CD-MP3 et les commandes du climatiseur. Sous le capot, on retrouve le bloc moteur VVT  1.5 litre développant 105 CV à 6 000 tr/mn couplé à une boîte de vitesse manuelle à 5 rapports. On y trouve également les quatre freins à disque ventilés. Côté finition, la C30 offre plusieurs équipements de série, dont le radar de recul, l’ABS + EBD, les double airbags, les jantes en alliage, des rétroviseurs diélectriques avec clignotants intégrés, le verrouillage centralisé, la direction assistée ainsi que les lève-vitres électriques avant et arrière et une antenne télescopique intégrée à l’arrière.

La nouvelle berline à coffre est proposée au prix de 940 000 DA, taxe sur véhicule neuf comprise. «Il est temps de prendre plaisir au volant de la C30» est le slogan choisi par GMS pour  vendre sa nouvelle berline. Celle-ci sera proposée avec un kit GPL pour répondre à la demande des chauffeurs de taxi et des sociétés de location de voitures. «Ce véhicule est venu au bon moment. Notre stratégie est d’offrir au client un véhicule avec un rapport qualité/ prix supérieur à la concurrence», dira en substance Tarek Ghebouba, responsable marketing et communication chez GMS.

Nadir Kerri

Le protectionnisme à l’américaine.

16 décembre, 2010 |
AVIS D’EXPERT | auto-expert.dz | Pas encore de commentaires.

pneu.jpgL’OMC juge légaux les droits d’importations sur les pneus chinois imposés par les Etats-Unis

L’Organisation Mondiale du Commerce a jugé que les droits de douane imposés par les Etats-Unis sur les importations de pneus chinois n’enfreignent pas les règles du comerce international, contrairement à ce que dénoncait la Chine.

“Nous estimons qu’en imposant des mesures de protection de transition le 26 septembre 2009 sur les importations de pneus chinois, les Etats-Unis n’ont pas manqué de se conformer” aux règles du commerce international, conclut l’Organe de règlement des différends (ORD) de l’OMC dans un rapport. La Chine a la possibilité de faire appel du jugement durant 60 jours.

Pour rappel, la Chine avait porté plainte le 14 septembre 2009 auprès de l’OMC, suite à la décision prise par les Etats-Unis d’augmenter les droits de douane sur les importations de pneumatiques chinois. Cette décision était vouée à enrayer la chute de production et les pertes d’emplois dues aux importations chinoises; selon les Etats-Unis, le triplement des importations de pneus, passées de 15 millions en 2004 à 46 millions en 2008, a provoqué la perte de plus de 5 000 emplois. Le président américain Barack Obama avait alors instauré des droits de douanes supplémentaires sur toutes les importations de pneus pour véhicules de tourisme et véhicules légers en provenance de Chine pour une période de trois ans. Les nouveaux droits américains ont été fixés à 35% la première année, 30% la deuxième et 25% la troisième.

Jugeant cette décision “protectionniste” et craignant qu’elle ne crée un précédent pour d’autres mesures de ce type, la Chine avait porté plainte auprès de l’OMC. La Chine défendait en outre que les mesures américaines pourraient entraîner la destruction de 100 000 emplois et coûter près d’un milliard de dollars à l’industrie chinoise du pneu.

Des arguments qui n’ont pas été retenus par l’OMC. Par ailleurs, alors que la Chine défendait que le gouvernement américain avait imposé une période de trois ans de façon arbitraire sans prouver que ce temps était nécessaire pour corriger le tir, l’OMC relève dans son jugement qu’il “incombait à la Chine d’établir qu’une mesure d’une durée de trois ans était excessive”. Or, elle “ne s’est pas acquittée de cette charge”. “Pour ces raisons, nous constatons que la Chine n’a pas établi prima facie que la mesure visant les pneumatiques dépassait la période nécessaire pour prévenir ou réparer la désorganisation du marché”.

A l’annonce de la décision de l’OMC, les Etats-Unis se sont félicités de cet arbitrage. “C’est une victoire majeure pour les Etats-Unis et en particulier pour les salariés américains et les entreprises américaines”, a déclaré le représentant du commerce extérieur américain Ron Kirk dans un communiqué.

Emilie Binois


L’avenir du véhicule électrique

10 décembre, 2010 |
TECHNIQUE ET INNOVATIONS | auto-expert.dz | Pas encore de commentaires.

La pile à combustible relève le défi de l'autonomieArticle publié le 7 décembre 2010

L’augmentation et l’optimisation de l’autonomie des véhicules électriques constitue aujourd’hui un défi majeur pour l’industrie automobile. Présentation d’une solution prometteuse.

La pile à combustible relève le défi de l'autonomieDe nombreux constructeurs misent sur de nouvelles technologies pour prolonger l’autonomie produite par les batteries actuelles. A ce titre, certains constructeurs automobiles comme Volvo ou Renault travaillent au développement d’une pile à combustible destinée à accroître l’autonomie de fonctionnement de leurs futurs véhicules électriques.

Un prolongateur d’autonomie

Cette nouvelle piste de mobilité durable peut se décliner différemment. Certains constructeurs développent une pile à combustion destinée à améliorer l’autonomie des véhicules électriques. Cette pile constitue alors un relais à la batterie électrique classique lorsque celle-ci est vide, prolongeant ainsi l’autonomie du véhicule de 250km, soit une autonomie totale de 400 km.

La technologie utilisée est celle d’une pile à combustible associée à un réformateur. Ce dernier a pour rôle de convertir un carburant liquide pour produire l’hydrogène nécessaire au fonctionnement de la pile à combustible, qui produira à son tour de l’électricité.

Cette technologie, génératrice d’électricité, ne produit aucune émission d’oxyde de carbone, d’oxydes de nitrogènes ou d’oxydes de soufre. Au final la pile à combustible génère uniquement de l’électricité, de la vapeur d’eau et une infime quantité de dioxydes de carbone.

Une pile à combustible qui produit toute l’électricité

D’autres constructeurs ont une stratégie relativement différente puisqu’ils se servent de la pile à combustible pour fournir la totalité de l’alimentation électrique du véhicule. L’hydrogène contenu dans le réservoir et l’oxygène de l’air ambiant sont rapprochés de part et d’autre d’une membrane polymère. Ils se combinent pour former de l’eau, seul rejet du véhicule, en dégageant de l’énergie électrique et de la chaleur. C’est cette énergie électrique qui alimente le moteur du véhicule.

Les constructeurs de voitures aimeraient pouvoir développer cette technologie propre à grande échelle mais elle reste complexe à industrialiser et à commercialiser, du fait de toute l’infrastructure de production, de transport et de distribution d’hydrogène à mettre en place et du coût de la pile. Les perfectionnements continus de cette technologie ainsi qu’une production à grande échelle pourraient cependant engendrer une baisse significative des coûts et permettre la généralisation de cette innovation très prometteuse.

Mobilité durable

L’expertise Automobile et le Droit des Assurés en Algérie

Toyota Prius

octobre 20, 2010

sd

Il y a beaucoup de révélations dans le rapport annuel de développement durable récemment publié par Toyota. En gros, la société est aussi soucieuse de l’écologie en tant que société multinational peut être, mais comme il a été évoqué précédemment tout n’est pas aussi grinçant qu’elle pourrait l’être. La Toyota Prius a gagné lui-même comme étant l’un des véhicules les plus vertes sur la route, une perception que le rapport de la compagnie a confirmée en détaillant sur sa durée de vie, la Prius est susceptible d’émettre du dioxyde de carbone beaucoup moins que d’autres véhicules comparables.

Malheureusement, cette vérité est décalée un peu par le fait que le véhicule effectue légèrement inférieur à la moyenne quand il s’agit des émissions générées pour construire l’hybride. Plus précisément, les manivelles Toyota en hydrocarbures non méthane supplémentaires et les matières, en particulier grâce à la fabrication du moteur électrique de la voiture et la batterie. Ces deux pièces nécessitent de grandes quantités d’énergie et de matières, de heurter la Prius inférieur que les notes moyennes pour toutes les émissions de fabrication de tous les cinq catégories.

Motorisation hybride dans chaque gamme de modèles de Porsche

octobre 19, 2010

sdf

Porsche compte sur l’efficacité des modèles de propulsion hybride pour réduire ses émissions de la flotte globale. En fait, le chef du développement de la société, Wolfgang Duerheimer, est si confiant que le gaz électrique sont la grâce salvatrice de Porsche qu’il a assurément dit aux nouvelles d’Automotive que « Dans l’avenir, ils auront une propulsion hybride dans chaque gamme de modèles ».

Porsche lance Cayenne hybride SUV plus tôt cette année et les plans pour une version 2011 de son essence électrique Panamera, mais n’a pas encore fixé un calendrier pour le lancement d’autres modèles hybrides. Cela signifie que les dates de sortie des versions essence électrique de la 911, Boxster et Cayman sont dans l’air. Avec l’Union européenne (UE) sur le dos, il a mis les émissions de cible de Porsche à 216 grammes par kilomètre d’ici à 2015, en baisse de sa note globale actuelle de 255 grammes par kilomètre. Le constructeur automobile peut ne pas avoir d’autre choix que de libérer des modèles hybrides à travers ses programmations complètes bientôt.

Source: green.autoblog.com

Encore de beaux jours pour le marché de l’occasion

Algérie – Marché de voitures d’occasion :

La belle affaire, dites-vous ?

Certains concessionnaires se sont mis de la partie pour créer leur propre réseau de véhicules d’occasion, à l’image du groupe Hasnaoui qui commercialise la marque Nissan. Un espace a été réservé à cet effet, à côté de la succursale du Palais des expositions.

Le marché de voitures d’occasion est florissant en Algérie. Il a connu, depuis l’instauration de la taxe sur les véhicules neufs et la suppression du crédit automobile, une hausse importante sur tous types de véhicules, y compris les vieux « tacots ».

C’est en été que l’on enregistre une forte demande de voitures d’occasion. Les Algériens, de bourse moyenne, se rabattent de plus en plus, vers le marché de l’occasion car les véhicules neufs ne sont plus à leur portée, en dépit de la crise internationale qui n’a pas influé sur les prix dans les pays importateurs comme l’Algérie.

Le marché d’El Harrach reste le plus important au niveau de la wilaya d’Alger. Les vendeurs et surtout les revendeurs (béznassiya) débarquent généralement la veille (jeudi) aux environs de minuit pour garer devant l’entrée du marché et trouver une place sûre le lendemain (vendredi). Le souk était pratiquement archi-comble, lors de notre passage, vendredi dernier. On se bouscule pour se frayer un passage entre les pare- chocs et les capots ouverts. Les négociations serrées vont bon train.

Les voitures changent de mains en l’espace de quelques heures. Les revendeurs sont maîtres des lieux et font la loi. Les petites cylindrées à l’instar de la Saxo de Citroën et de la Clio de Renault sont les plus touchées par la hausse des prix et le fléau spéculatif. C’est ainsi qu’une Saxo de l’année 2002, est proposée à… 61 millions de centimes, un prix fort pour une petite cylindrée.

«La Saxo est une voiture robuste. Ses pièces de rechange sont aussi disponibles avec des prix accessibles», se vante le revendeur apparemment, un connaisseur des lieux. Une Clio de la même année est proposée à partir de 58 millions de centimes. Une Peugeot 106 mise en circulation en 2000 voit également son prix sauter au-delà de la barre des 50 millions de centimes.

Une autre Peugeot 306 mise en circulation en 1996 a été vendue à 36 millions de centimes, alors qu’une vieille R4 cabossée datant de 1986 a été cédée à 15 millions de centimes. Il y a une autre cause de cette flambée des prix. De nombreux particuliers préfèrent temporiser pour vendre leurs voitures. C’est de la spéculation qui ne dit pas son nom. « On m’a offert 56 millions de centimes pour ma Clio diesel année 2001. Il y a quelques semaines c’était un bon prix. Mais avec les dernières évolutions du marché, ce n’est plus le cas. C’est pourquoi je préfère donc garder ma voiture pour l’autre semaine pour la vendre plus cher », nous déclare un jeune homme habitant Bourouba. Certains, «malheureux», qui avaient décidé de vendre leurs véhicules la semaine dernière l’ont vraiment regretté aujourd’hui, a-t-il ajouté avant de mettre la clé au contact. La demande devient ainsi plus élevée que l’offre qui se réduit de plus en plus.

Certains concessionnaires se sont mis de la partie pour créer leur propre réseau de véhicules d’occasion, à l’image du groupe Hasnaoui qui commercialise la marque Nissan. Un espace a été réservé à cet effet, à côté de la succursale du Palais des expositions pour exposer au public les véhicules d’occasion de tous types et gamme. Mais ce n’est pas le cas pour les autres concessionnaires qui ne pratiquent pas, pour l’instant, la vente de voitures d’occasion comme cela se fait dans les pays producteurs.

Un autre phénomène commercial se développe chez nous. Des voitures d’occasion sont proposées à la vente sur le Net. Il suffit de prendre contact avec l’annonceur, en cas d’accord sur le prix affiché, pour voir de visu l’état du véhicule et payer le prix après des négociations éventuellement. Le marché de véhicules d’occasion flambe actuellement. Il a encore de beaux jours devant lui.

[via] Meziane Atmani, horizons-dz.com

Des solutions pour les Chinois.

La République populaire de Chine et ses plus de 1 milliard 300 millions d’habitants, doit déployer des trésors d’ingéniosité pour tenter de désengorger le trafic routier de ses villes et rendre ces dernières plus respirables. L’extraordinaire Stradding bus pourrait être la solution à tous ces problèmes.

Pékin : 17 millions d’habitants, dont 13 millions concentrés en zone urbaine. Chaque jour, des milliers de voitures parcourent le réseau routier de la capitale de la Chine, engorgé, asphyxié, noyé sous une pluie de polluants et de CO2. Le postulat était donc posé : puisque les routes chinoises sont saturées mais incontournables, il fallait inventer un moyen de transport capable de les emprunter sans ajouter au trafic.

Une situation critique à laquelle les ingénieurs chinois peuvent, semble-t-il, désormais apporter une solution appelée Stradding bus (bus qui chevauche, en anglais). Le nouveau bus chinois, capable de filer à 60 km/h, peut être comparé à un tunnel roulant, se déplaçant grâce à des rails latéraux posés de chaque côté d’une route classique sur laquelle passent aussi les voitures.

TUNNEL ROULANT

Éventré (tout le génie de l’idée est là), le stradding bus permet ainsi à tous les autres véhicules qui se trouvent sur son chemin, de lui passer dessous pour qu’ainsi cela ne nuise à personne sur la route. En effet, les rames du bus accueillant les sièges, sont disposées en hauteur, au même titre que les stations, à l’abri du trafic donc. Un bus aérien qui peut transporter jusqu’à 1400 passagers et qui emprunterait le même réseau que les autres véhicules sans pénaliser ces dernières, il fallait juste y penser ! Les autorités chinoises estiment qu’à sa mise en service, le Stradding bus pourra désengorger le flux routier de 25%.

A ce jour encore à l’état de prototype, le Stradding bus va faire très rapidement un premier test grandeur nature en 2011, dans le quartier de la banlieue de Pékin, à Mentougou. Génial et propre, puisque ce bus se meut à l’aide d’un moteur électrique dont la recharge se fait lors de chacun de ses arrêts ; mais également grâce à l’énergie solaire, puisque des panneaux photovoltaïques prennent place sur le toit du bus.

Enfin, en cas d’accident du stradding bus, les passagers seraient éjectés depuis un toboggan, exactement comme dans un avion. Ne reste plus aux autorités qu’aménager leur réseau afin d’accueillir ses bus du troisième millénaire. A ce propos, on estime à 56 millions d’euros la dépense pour produire 40 kilomètres de ligne de Stradding bus. A titre de comparaison, la seule ligne 2 du métro automatique de Lille dans le Nord, aura coûté la bagatelle de 885 millions d’euros. Et si, cette fois, c’est la Chine qui se faisait copier.

 

LA SINCERITE DES CHINOIS

Marché algérien d’automobile: 3 usines de montage chinoises pour 2011 en oranie

La chine est présente en Algérie, ce pays ne se gène guère de montrer ses ambitions et ses objectives d’aller plus loin encore dans un pays accueillant et chaleureux comme l’est l’Algérie. Dans l’automobile comme dans divers domaines, les chinois agissent avec dynamisme et force pour dominer le marché, lors du dernier Salon international de l’automobile d’Alger, les marques chinoises étaient particulièrement présentes et s’étaient distinguées par des baisses considérables des prix. Cette année, lors d’une visite en Oranie, des hommes d’affaire chinois confirment leur volonté de construire au plus vite plusieurs chaînes de montage automobile, et la première usine installée à Biskra pourrait entrer en production dès le début de 2011. Le temps où les divers constructeurs européens hésitent pour s’installer en Algérie, la chine n’a aucun souci et se dit est bien décidée à occuper le terrain, dès l’année prochaine 3 usines de montage chinoises ont prévu d’ouvrir leurs portes en Algérie. La voiture chinoise sera cédée à des prix concurrentiels et l’Algérie prenant des mesures légales pour freiner l’importation des véhicules, envisage de lancer l’industrie automobile locale avec l’appui de partenaires étrangers.

Autojdid.com

CE QUE DIT IGOR

Décision courageuse de ces chinois.A un moment on a sorti la rumeur que le véhicule chinois est un véhicule Taiwan et qu’il ne répondait à aucune norme.Maintenant je crois qu’on a changé d’avis.C’est tant mieux.

Et pour corser la chose et remercier les chinois pour leur courage,je propose que tout véhicule non fabriqué ou monté en Algérie soit taxé de frais de douanes de 300%.Ca va servir de leçon à ces rigolos qui nous prennent pour des incapables et qui se remplissent les poches à nos dépens. Poutine est en train de parcourir la Sibérie avec sa Lada locale.Suivons son exemple et montrons pour une fois la valeur du patriotisme des Irgazen ,ces hommes libres et fiers d’Algérie.

 

 

Samedi 28 août Ralentisseurs et espaces cloutés au mépris de la loi

Dos d’âne, cassis, bande sonore, coussin de Berlin ou coussin berlinois, créneau ou chicane, courbe serrée, rond-point… Ce sont des types de ralentisseurs réglementaires connus à travers le monde, qui obligent les conducteurs à réduire la vitesse de leur véhicule.Leur placement sur la chaussée est gérée par des textes de loi. C’est le cas même en Algérie, où de nombreuses lois ont été élaborées pour réglementer l’usage des dos d’âne et des ralentisseurs. Mais sur le terrain, c’est l’anarchie totale.

Dans chacune de leurs interventions sur la sécurité routière et les accidents de la circulation, nos responsables mettent en cause les chauffeurs et leur excès de vitesse.

Mais rarement l’état défectueux des routes. Ont-ils tort ? Ont-ils raison ? La première hypothèse est la plus plausible. Il faut dire que l’utilisation anarchique des ralentisseurs et dos d’âne contribue, de l’avis même des spécialistes et des usagers de la route, à la dégradation à la fois de la voie et des véhicules. Une véritable jungle ! On retrouve toutes sortes et toutes formes de dos d’âne sur nos routes, mais aucun n’est installé conformément à la loi.

Ni les citoyens ni les autorités ne respectent la réglementation en la matière. Dans les villes, comme dans la campagne, l’utilisation des ralentisseurs n’obéit à aucune norme. Il y en a de toutes les formes et à chaque coin de rue. Parfois même sur les autoroutes et les voies express.

Une aberration ! Et cela n’est pas sans conséquence sur les véhicules. Les témoignages des automobilistes, des garagistes et des spécialistes auto sont sans appel. Le diagnostic est toujours le même.

Les champignons de la discorde

De tous les ralentisseurs et dos d’âne utilisés en Algérie, les champignons métalliques ou clous font plus de dégâts. «Si tu passes dessus une fois, ton véhicule ne risque pas grand-chose. Mais les passages répétés provoquent des dégâts incommensurables. C’est toute la suspension de la voiture qui passe souvent sur ces clous qui accuse le coup.

Même s’ils sont neufs, certains véhicules demandent une révision générale», explique un garagiste d’Alger. Les parties les plus touchées sont surtout les roulements, les cardans et les amortisseurs. Les utilisateurs, eux aussi, se plaignent des effets de ces champignons. «J’en ai fait les frais. Je peux vous dire qu’ils engendrent des dégâts très importants sur les véhicules. J’emprunte une voie où sont plantés des clous en guise de ralentisseurs.

Au bout d’une semaine, j’ai dû remplacer les roulements, dont un s’est carrément brisé. J’ai révisé la suspension à maintes reprises», affirme Azeddine, chauffeur dans une entreprise. Qui a autorisé l’importation de ce genre de ralentisseurs, qui pourtant ne sont utilisés dans aucun autre pays au monde ? Qui a donné l’autorisation pour l’utilisation de ces champignons sur les routes algériennes ? Il semblerait que l’importation de ce matériel est un business florissant.

A près de 400 DA l’unité, les importateurs de ces champignons font, sans nul doute, fortune, et ce, au détriment des usagers de la route. Malgré les dénonciations des spécialistes, en particulier le célèbre animateur de l’émission Tariq Essalama de l’ENTV, Mohamed Lazouni, les clous continuent d’être utilisés. On en retrouve à Alger, à Bouira et dans de nombreuses wilayas.

Et cela sans que les autorités concernées, en l’occurrence le ministère des Travaux publics et celui des Transports, ne bougent pour mettre un terme à cette mascarade.

Outre les champignons, les ralentisseurs en caoutchouc sont également critiqués. Non seulement ils ne répondent pas aux normes, mais surtout leur utilisation provoque aussi la détérioration de la voirie. «Pour fixer ce type de ralentisseur, il faut percer le bitume.

Et c’est ce qui provoque la catastrophe. Les eaux de pluie s’infiltrent dans les trous et provoquent la détérioration de la couche de bitume», explique encore Mohamed Lazouni (lire l’interview).

Théorie et réalité

L’autre drame dénoncé par les usagers de la route est la qualité des ralentisseurs.

«En plus de leur placement anarchique, les dos d’âne, en Algérie, ressemblent plutôt à des montagnes érigées sur les routes. Ce sont de véritables rochers installés sur les routes. Si l’avant de la voiture passe, l’arrière devrait être porté.

Vous vous rendez compte ? On risque facilement de percuter le sommet du dos d’âne et même d’y laisser des pièces de voiture», s’indigne un utilisateur.

Dans certains quartiers de la capitale, les ralentisseurs sont érigés «par n’importe qui et n’importe comment». «Parfois, on retrouve sur 100 mètres quatre dos d’âne et plus. Qui décide de leur emplacement ? On a l’impression que les citoyens prennent possession des routes et font ce qu’ils veulent sans qu’aucune autorité ne les en empêche», déplore un autre automobiliste. Pourtant, la loi algérienne est claire.

Selon l’article 27 de la loi 04-16 de 2001, seul le wali est habilité à autoriser la construction d’un ralentisseur. «Les ralentisseurs constituent des dispositifs matériels destinés à la réduction de la vitesse sur certaines voies.

Leur mise en place ainsi que les lieux de leur implantation sont soumis à l’autorisation préalable du wali, sur proposition du président de l’Assemblée populaire communale. Les ralentisseurs doivent être implantés selon des normes et mesures unifiées à travers le territoire national», lit-on dans l’article en question. Ce texte et bien d’autres ne sont malheureusement pas respectés. La réalité du terrain contredit les textes…

Madjid Makedhi


Le marché de l’automobile a connu une baisse considérable par rapport à la même période de l’année dernière.

  • Les spécialistes ont estimé cette récession à 15 % pour différents types de véhicules (léger et lourd), cela est dû à la baisse des ventes résultant de l’abrogation de crédits de la consommation ainsi que la décision de crédits documentaires, en plus de la lenteur des formalités pour se faire délivrer le véhicule.
  • Le directeur général de « Toyota Algérie », et vice président de l’association des concessionnaires des constructeurs automobiles, Noureddine Hessaim, a déclaré à Echorouk que le marché des véhicules n’a jamais connu une telle baisse depuis des années,, cela est dû au recul des ventes de 160 mille véhicules durant l’année dernière à 140 mille voitures seulement au mois de juillet de l’année en cours. Les petites voitures et les voitures touristiques ont baissé entre 30 % à 40 % à cause des mesures que contient la loi de finances complémentaire de l’année 2009, et qui a donné lieu à l’annulation des crédits de consommation.
  • La même source a ajouté que les concessionnaires se sont penchés depuis une période sur de nouvelles formules en vu de réanimer le marché des voitures, en proposant une série de remises pour motiver les citoyens à acheter de nouvelles voitures. Mais cela n’a pas fonctionné pour redresser la barre, puisque la vente de véhicules touristiques ne cesse de baisser à cause de l’annulation de crédits à la consommation ainsi que l’augmentation de la valeur de la taxe entre 5 à 10 millions de centimes.
  • Les concessionnaires automobiles possèdent un important parc, et chacun d’eux comprend pas mois de 4000 voitures, mais le problème qui réside dans tout cela, c’est comment vendre ces véhicules avec des prix qui n’auront pas d’impact sur le chiffre d’affaire des concessionnaires.

Expertise Judiciaire ou amiable quel but ??

L’expertise qu’elle soit judiciaire ou amiable, elle consiste à apprécier ou produire une vérité pour fonder une décision !!

Si la procédure contradictoire a montré ses avantages, il est intéressant de lire et comprendre l’article de LIONEL NAMIN dans cheval mécanique n°52 suite a un article fait dans l’argus des assurances du 19.03.2010 que nous vous invitons a lire…. pour comprendre ce que vaut une expertise sans contradictoire..


L’expertise qu’elle soit judiciaire ou amiable elle consiste à apprécier ou produire une vérité pour fonder une décision !!

Par arrêt du 28.01.2010, la cour de cassation consacre l’expertise amiable, établie unilatéralement par l’expert de l’assurance en affirmant qu’elle peut être offerte en preuve.

Le juge doit apprécier et, le cas échéant, s’y référer à ce titre, comme il le ferait pour un constat d’huissier, dès lors que ce document a été soumis à la discussion contradictoire des parties (art.16 du CPC)

Il s’agit de la censure de la cour de cassation sur une cour d’appel pour avoir dénié à un assureur, le droit de se prévaloir du chiffrage d’un sinistre provenant de rapports d’expertises amiable inopposables vis à vis de l’assureur car la partie adverse n’avait pas été convoquée.

Donc la question qui se posait, était la valeur juridique attachée à l’expertise amaible.

L’auteur propose la définition de la notion d’expertise par deux approches différentes :

sa finalité – sa fonctionnalité

* du point de vue de sa finalité, l’expertise est définie comme la procédure destinée à éclairer une personne chargée de prendre une décision. Le caractère de simple moyen d’information qui est attribué a cette expertise, est confirmé par le code de procédure civile qui précise que cette mesure ne pourra porter que sur une question de fait ; ( art.232 CPC)

* mais face aux difficultés de tout ordres et notamment d’ordre techniques, le juge peut décider d’y recourir ou bien suite à la demande des parties ( art.143 ). Au cas de doute il demande l’avis technique d’un expert qualifié, sans qu’il lui soit demandé d’établir une preuve mais de fournir au juge des éléments d’appréciation de nature à lui permettre de vérifier correctement la preuve des faits antérieurement allégués devant lui ( art. 6& 9 CPC).

L’expertise apparaît donc bien comme le moyen, pour le juge, de découvrir la vérité du fait, au-delà de la seule volonté des parties, pour qu’il puisse juger en connaissance de cause.

* la fonctionalité sera de :

- décrire l’enchainement des faits ;

- présenter les intervenants identifiés ;

- expliquer la cause du sinistre ;

- exposer les relations juridiques existantes entre les intervenants ;

- indiquer ce qui a pu être vérifié et ce qui ne l’a pas été ;

- échanger et confronter les points de vue sur la cause du sinistre avec les autres parties ;

- estimer la valueur d’un bien sinistré

- si besoin, évaluer des responsabilités

Ainsi ces deux définitions permettent une approche relativement complète de l’expertise :

plutôt finaliste pour l’expertise judiciaire, plutôt fonctionnelle pour l’expertise amiable .

Ainsi l’expertise amiable se présente davantage sous les traits d’un moyen de preuve qui ne retire pas sa valeur d’expertise au rapport amiable.

L’exigence ” d’un contradictoire complet” (lors de l’établissement et lors du débat judiciaire) s’applique à l’expertise qu’elle soit judiciaire ou amiable. Cela au motif que la contradiction est la méthode de réalisation de l’expertise pour accéder à la vérité technique, en permettant la confrontation des vérités que conçoit chacune des parties.

En conséquence sur le plan juridique, lorsque l’expert n’applique pas la méthode son rapport n’a pas plus de valeur qu’une expertise simple parce qu’elle n’est pas conforme au droit.

Elle peut toutefois conserver sa valeur technique et servir à titre de preuve dès lors qu’il est soumis à la libre discussion des parties.

Ainsi le juge pourra puiser dans les résultats du rapport conçu unilatéralement dans la mesure ou ce document présentera des garanties de sérieux et de crédibilité suffisante.

Donc cette jurisprudence met en lumière, l’importance pratique de l’exppertise amiable :

“Une solution qu’assureurs et experts encourageront en veillant à une collaboration étroite et au soin apporté à la rédaction de la mission qu’a celle du rapport”

Le détail de l’article sur Cheval mécanique vous apportera les informations complémentaire.
Indemnisation pour privation de jouissance


Conseil

Adresser une lettre recommandée à votre assureur pour lui rappeler :

– que vous ne réclamez pas l’indemnisation de la perte d’usage de

votre véhicule au titre de votre contrat qui, effectivement, ne la prévoit

pas

– que tous nos tribunaux, du plus petit au plus grand, depuis des

décennies, indemnise cette perte d’auge soit par le remboursement de

factures de location de voiture de remplacement, soit par l’attribution

d’une somme forfaitaire calculée sur la base du nombre de jours de privation à raison de 20 euros par jour et pour sa DUREE RÉELLE.

– que votre situation financière ne vous pas permis de louer une

voiture de remplacement ce qui vous a créé nombres de soucis dans votre vie de tous les jours (trajet domicile/lieu de travail) et, surtout, vous a

privé de l’usage normal d’un bien vous appartenant et cela par la faute du

tiers responsable. Ce dernier, conformément au Code civil et à la

jurisprudence déjà évoquée, vous doit une indemnisation intégrale de tous les préjudices qu’il a causé.

– que vous êtes étonné de constater son apparente ignorance de la

réalité de cette indemnisation forfaitaire…

– que vous seriez contraint, dans le cas où il n’accepterait pas de vous indemniser, vous n’hésiteriez pas à faire appel à votre avocat pour obtenir justice par la voie judiciaire en assignant votre adversaire et son assureur.

ADOPTER LA CONDUITE ECOLOGIQUE :

Vous pouvez rouler pour l’environnement , il suffit d’adopter quelques règles de bons sens et très faciles à mettre en oeuvre:

*- Avant de partir , vérifiez la pression des pneus.

*- Evitez les charges inutiles.

*- Soignez l’aérodynamique.

*- Au volant changez de rapport dès que possible.

*- Roulez à vitesse constante.

*- Anticipez.

*- Coupez le moteur à l’arrêt.

*- Limitez la climatisation.

En dehors de voiture classique à moteurs thermique, il existe aussi les voitures à énergie différente qui sont aussi des voitures écologiques .

 

LA PRODUCTION DE L’AURIS HYBRIDE LANCE LA GENERALISATION DE CETTE TECHNOLOGIE PAR TOYOTA
La production de l’Auris hybride lance la généralisation de cette technologie par Toyota Toyota inaugurait ce lundi 28 juin le lancement de la production de l’Auris hybride commercialisée à partir du 15 juillet. C’est la première voiture hybride du groupe fabriquée en Europe et 14 000 unités sont prévues cette année. Dans la gamme Toyota, l’Auris hybride est un modèle à part. Il est le premier véhicule de la marque à être “hybridé” et disponible dans trois motorisations : essence, Diesel et donc hybride. Jusqu’à présent Toyota avait réservé cette motorisation à un modèle spécifique, la Prius à la différence de Honda qui l’a d’abord développée sur la Civic (avec une technologie différente), venant après avec un véhicule spécifique, l’Insight. Par ailleurs, dans la gamme Lexus (HS 250H et RX 450H), cette offre pallie l’absence de Diesel. La fabrication de ce modèle dans une usine européenne (qui en son temps, en 1992, a aussi été la première du groupe sur le continent) est une autre “première” pour le constructeur dont la production hybride est pour l’essentiel localisée au Japon, à l’exception de quelques Prius en Chine et quelques Lexus au Canada. L’usine de Burnaston dans le Derbyshire (Royaume-Uni) fabrique sur la même ligne l’Auris dans ses trois motorisations et l’Avensis. L’an dernier ce site a produit 130 000 voitures, soit deux fois moins qu’en 2007 (275 000 unités). Dans un contexte commercialement morose pour la marque en Europe (-11,5% à 262 000 unités sur les 5 premiers mois, 28 pays) et singulièrement en France (-24,6% à 27 000 unités à fin mai), Toyota peut compter sur son avance dans cette technologie. Pour cette année, le constructeur annonce une production de 14 000 Auris hybrides (sur un total de 100 000 Auris qui seront fabriquées à Burnaston) et de 30 000 en année pleine en 2011 (sur un total de 120 000). Un bilan CO2 hybride à -33% sur l’essence, à -25% sur le Diesel A titre de comparaison, Toyota a vendu 530 000 hybrides dans le monde en 2009 (essentiellement des Prius avec 404 000 unités) dont 54 000 en Europe. Avec le lancement de la Prius 3, les ventes de cette catégorie ont augmenté de 170% sur les 4 premiers mois de l’année (244 000 unités), en particulier au Japon (où les volumes ont été multipliés par 6) mais aussi en Europe avec 25 000 unités (+96%). L’Auris hybride pourrait bénéficier de ce succès. Selon les données constructeur, son bilan CO2 (en tenant compte des conditions de production et d’utilisation) est nettement amélioré par rapport aux deux autres motorisations : 33% de mieux que l’essence et 25% de mieux que le Diesel. Elle affiche des émissions de CO2 de 89g/km (3,8 l au 100 km) et une autonomie de 2 km en usage 100 % électrique à 50 km/h, ce qui compte tenu de la recharge de la batterie à chaque décélération permet une autonomie supérieure en conditions urbaines. Surtout, elle bénéficiera d’avantages fiscaux et de primes importantes dans un certains nombre de pays, des aides que les mesures de restrictions budgétaires ont pour l’heure épargnées. En Grande-Bretagne, avec un prix de vente à 18 520 livres (22 800 euros), l’Auris hybride bénéficiera de l’exemption de la taxe annuelle de circulation, et de la “Congestion Charge” londonienne de 8 Livres par jour. En France, son prix d’entrée de gamme, 23 300 euros TTC (avec 2000 euros à déduire), la positionne 10% en dessous de la Prius à 26 220 euros TTC (hors prime de 2000 euros). Elle sera moins chère en Allemagne (22 950 euros TTC) et en Italie (22 000 euros) où elle ne bénéficie pas d’aide de l’Etat, mais aussi en Espagne (21 500 euros TTC) malgré une aide de 3 000 euros (son niveau d’équipement sera inférieur). Ce modèle qui fait entrer l’hybridation sur les modèles “classiques” sera suivi par d’autres puisque Toyota a déjà annoncé pour le début de cette décennie une dizaine de véhicules hybrides dont seulement cinq sont lancés (Sai, Prius, HS 250 H, RX 450 H, et Auris). La Yaris sera probablement dans les prochains, bien que le constructeur ne l’ait pas confirmé. Toyota a aussi annoncé qu’au début des années 2020, une motorisation hybride sera disponible sur chaque modèle de sa gamme. Florence Lagarde

 

PETITE SENSIBILISATION DE SECURITE ROUTIERE

La conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool

L’alcool au volant demeure, avec la vitesse, l’une des principales causes d’accidents avec décès sur les routes du Québec. De 2003 à 2007, annuellement, les accidents dus à l’alcool ont causé en moyenne 31 % des décès, 16 % des blessés graves et 5 % des blessés légers. En chiffres nets, cela représente plus de 200 décès, 600 blessés graves et 2 300 blessés légers. Toutefois, en un peu plus de 25 ans, l’amélioration a été remarquable. De 1978 à 2007, le nombre de décès imputables à l’alcool au volant est passé de 800 à 200.

Si des centaines de vies humaines ont pu être épargnées au cours des vingt dernières années, c’est grâce à des stratégies d’intervention qui combinent la prévention, par des campagnes de masse et des activités de sensibilisation, la législation, par des lois plus sévères, et le contrôle, par le travail effectué sur le terrain par les policiers.

alcoolvolant.jpg

Appui-tête

Avant de prendre la route, pensez-vous à vérifier si votre appui-tête est bien ajusté? Si d’autres membres de la famille conduisent votre véhicule, s’assurent-ils qu’il est à la bonne hauteur avant de mettre la clé dans le contact? Saviez-vous qu’un appui-tête mal ajusté peut entraîner des blessures graves lors d’un accident? Chaque année, des milliers d’automobilistes subissent une entorse cervicale à la suite d’un accident d’automobile. À peine 10 % des automobilistes ajustent convenablement leur appui-tête. Les autres le placent souvent trop bas, augmentant ainsi les risques de blessures au cou en cas d’accident. Pour éviter les mauvais cous… moi, je m’ajuste

girafe.jpg

Le coussin gonflable, ça amortit bien les chocs!

Les coussins gonflables sont des dispositifs de sécurité éprouvés. Ils offrent une protection particulièrement efficace contre les blessures à la tête ou à la poitrine qui pourraient être mortelles ou causer des handicaps à leurs victimes. Sa conception empêche le conducteur de se heurter la tête contre le volant et le passager avant d’aller percuter le tableau de bord. Une étude menée aux États-Unis par la National Highway Traffic Safety Administration a montré que l’usage combiné des ceintures de sécurité et des coussins gonflables réduit de 75 % les risques de blessures graves à la tête et de 66 % ceux de blessures graves à la poitrine. Ceci signifie que plusieurs blessures graves ont été évitées parce que les automobilistes portaient leur ceinture de sécurité et que leur véhicule était doté de coussins gonflables. Pour certains toutefois, les avantages du coussin gonflable s’obtiennent au prix de blessures moins graves causées par le déploiement du coussin gonflable. En effet, le coussin se gonfle et ce, à une très grande vitesse. La majorité des blessures causées par les coussins gonflables se résument à des brûlures superficielles, des coupures, des ecchymoses ou des écorchures mineures, ce qui est beaucoup moins grave que les fractures du crâne et les lésions cérébrales évitées. Dans certains cas, heureusement assez rares, certaines blessures peuvent être très graves, et même mortelles. Mais il est possible d’éviter d’être trop près du coussin en modifiant légèrement ses habitudes de conduite. Le seul facteur commun aux personnes qui subissent des blessures graves à la suite du déploiement des coussins gonflables N’EST PAS leur taille, leur poids, leur sexe ou leur âge, mais plutôt le fait qu’elles se trouvaient trop près du coussin gonflable lorsqu’il a commencé à se déployer.

Contrôle électronique de la stabilité (ESC) visuel.png

Qu’est-ce que l’ESC? Le contrôle électronique de la stabilité (ou ESC pour Electronic Stability Control ) est un système de sécurité que l’on retrouve de plus en plus sur certains véhicules. Il réduit les risques de dérapage et les pertes de contrôle. Cependant, l’ESC ne remplace pas un comportement sécuritaire sur la route! L’ESC vous aide à conserver la maîtrise de votre véhicule, notamment lorsque vous braquez ou freinez brusquement pour éviter un obstacle ou lorsque la chaussée est glissante. Pour que l’ESC soit le plus efficace possible, il est essentiel d’avoir des pneus adaptés aux conditions routières, en bon état et bien gonflés. Comment fonctionne l’ESC? Ce système a recours à des capteurs qui mesurent plusieurs paramètres (angle du volant, trajectoire du véhicule, etc.) afin de déterminer les risques de dérapage. Lorsqu’il y a dérapage, l’ESC actionne les freins d’une ou de plusieurs roues et augmente ou réduit la puissance transmise à une ou à plusieurs roues afin de maintenir le véhicule sur sa trajectoire et d’éviter une perte de contrôle. Comment se procurer ce système? L’ESC est offert en équipement de série ou en option sur certains modèles de véhicules neufs. Renseignez-vous auprès de votre concessionnaire. Certains véhicules d’occasion récents en sont aussi équipés. Notez toutefois que ce système peut être installé sur un véhicule uniquement si cela a été prévu à l’origine par le constructeur. Quelques données * Environ 48 % des collisions graves sont causées par des pertes de contrôle; * Environ 23 % des accidents avec blessés impliquaient un seul véhicule (automobile ou camion léger); * L’ESC pourrait réduire ces événements de 20 à 40 %.

Courtoisie sur la route La courtoisie : pour un partage harmonieux de la route!

Depuis plusieurs années, le nombre de personnes sur la route ne cesse d’augmenter… en même temps que le rythme de nos vies. Nous sommes parfois pressés, dans la lune, tendus, distraits ou préoccupés, mais pourtant conduire demande toute notre attention et notre concentration! Résultat : il nous arrive de faire des manoeuvres irrespectueuses envers les autres, voire dangereuses. Sans oublier les comportements individualistes guidés par le « chacun pour soi »! Pourtant, tout cela n’a pas sa place sur la route. La route est un espace public qu’il faut partager avec les autres usagers : automobilistes, cyclistes, piétons, motocyclistes et conducteurs de véhicules lourds. Tous ces gens ne se déplacent pas sur la route pour les mêmes raisons, à la même vitesse, avec les mêmes réflexes et la même protection; certains sont plus vulnérables que d’autres! En circulant sur la route, nous sommes constamment en relations les uns avec les autres et, pour assurer une circulation harmonieuse et sécuritaire, nous devons agir avec courtoisie, tolérance et respect

]]>
http://autoexpertdz.unblog.fr/2010/05/06/petite-sensibilisation-de-securite-routiere/feed/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s