De joue,On joue.

Hocine / Les coups de pouces d’Obama.
Vive l’ingérence positive. En Tunisie il était à l’origine de la réussite de la révolution par ses positions courageuses et ses recommandations à l’armée de ne pas se mettre du coté de la dictature.
En Egypte c’est en bonne voie et il risque de faire basculer les choses.
Le Luther King des révolutions colorées est entrain de faire des miracles.
Dieu n’écoute ni Amarbouzouar ni Tartempiednoir.Il ne prête l’oreille qu’au Président-noir.

24/02 /Amar/ LES BALTAGUIA
C’est toujours le même procédé et les mêmes méthodes.Et on devine facilement les auteurs.
Hier déjà,ils nous ont prouvé de quoi ils sont capables.Ces dégénérés n’ont ni frères ,ni voisins.Ils ont un tube digestif et ils font tout pour ne pas le laisser en manque.
Souvenez-vous,hier seulement en 2001.On les avait sorti contre leurs ennemis de Kabylie qui envahissaient Alger pour leur apporter un certain vent de liberté.Ils avaient réagi au quart de tour,haro sur les envahisseurs.Maintenant ,c’est l’histoire qui se répète.L’expérience ne nous manque pas,il ne restait qu’à le mettre en pratique.
25/02/ Scénario possible de politique fiction.
Pourtant ,ici-même ,on n’a pas cessé d’encenser Mehri,Hamrouche ,Ait Ahmed et autre Benbitour pour le rôle positif qu’ils pourraient jouer dans le changement démocratique si jamais il survenait.
Ce changement qui pourrait émaner d’une révolution populaire spontanée n’aura jamais lieu ,peut-être.Ce que je ne souhaite nullement.La spontanéité n’est pas de mise chez-nous.On réagit de telle sorte lorsqu’on constitue la majorité qui a faim,prête à s’immoler ou à s’exposer aux balles assassines d’un pouvoir qui veut perdurer quel qu’en soit le prix à payer.
Chez nous la majorité est aisée:voyez le nombre de villas,le nombre de logements standing,le nombre de véhicules 4×4 et de berlines de luxe,le nombre de véhicules ordinaires ,le nombre des bénéficaires des aides au logement,des aides à la création des PME et des commerces.Voyez le nombre de places publiques squattées par des commerçants informels où les gens exercent sans devoir aucun sou aux impôts.Voyez le nombre de trottoirs détournés de leur fonction première pour servir de surfaces commerciales supplémentaires à des commerçants voraces.Voyez les quantités de marchandises qu’on importe et qu’on bazarde à tout va et n’importe où.Voyez le nombre de parkings sauvages dont les détenteurs gagnent plus qu’un diplômé universitaire non encore expatrié.Nous vivons dans un bazar paradisiaque où seuls les incapables n’arrivent pas à tirer leur épingle du jeu.
Au royaume du Bazar et de la Qfaza,les révoltes ne sont pas spontanées.Et même quand elles sont transformées en manifestations pacifiques pour demander de regarder un peu du coté des démunis,elles sont sabotées et carrément boycottées.
En Algérie,ce n’est pas l’Egypte ou le Tunisie.Non,chez nous c’est la démocratie,et la minorité démunie ne doit pas être jalouse de la majorité opulente.Ils n’ont qu’à les imiter,faire comme eux:ne pas être sincère,ne pas se contenter de son seul salaire,s’il en a un.Il faut savoir nager comme tout le monde et arriver à s’accaparer sa part de gâteau.C’est la loi de l’Economie de Bazar et elle s’applique à merveille depuis qu’on a appris à savoir se faire pousser des poils.
On se révolte spontanément en aboutissant à une révolution colorée et fortement parfumée au pays des gens sincères,où l’on ne survit que par le fruit de son travail.On ne réussit les révoltes que là où l’union ,la compréhension et l’acceptation des uns par les autres sont les seuls crédos.En Algérie il a existé des précurseurs de la révolutions et des révolutionnaires de la trempe du « Che » ,bien avant nos voisins immédiats ou lointains.Personne n’a de leçon à nous donner en la matière.
Mais,malheureusement,depuis un certain temps ,l’Algérien n’est plus lui-même:il s’est transformé et « révolutionné » profondément même.Cet Algérien qui a perdu ses véritables repères est devenu un parfait zombie,insensible à tout,sauf à l’argent.

27/02:Ma liberté de marcher
La liberté:le mot est dit.Laissez-nous respirer , laissez-nous décider de notre destin.Laissez-nous marcher si on veut marcher,ou faire du sur-place pour ne pas reculer.Mais foutez-nous la paix,c’est tout.
A J+4 de la levée de l’état d’urgence,rien n’a changé:on continue toujours de bastonner ce qui veulent marcher pour avancer un tant soit peu.Par contre on bloque toujours ceux qui veulent circuler librement.J’ai sillonné nos routes et j’ai constaté que les barrages filtrants sont toujours là pour nous filtrer et nous bloquer, murets en bétons et herses métalliques à l’appui, en plus de l’appareil magique détecteur d’explosifs qui n’a jamais rien détecté alors que les explosions sont notre pain quotidien (au sens propre et au sens social).La circulation se fait au pas d’escargot,les trains bloqués à quai pour ne pas transporter des marcheurs et les marcheurs sommés de  faire leur mouvement vers l’arrière pour éviter les coups de matraque.
Mais j’ai constaté un mouvement vers l’avant ces jours-ci:plusieurs khobzistes professionnels,toujours à l’affût ont entendu parler d’un pactole de §50milliards sont entrain de se diriger au pas de course vers les officines de distribution pour déposer leur dossiers d’investisseurs et vers les compagnies d’assurance ,facture-proforma en main pour assurer déjà leur acquis.C’est ce qu’on appelle les marches qui rapportent.

02/03:Tizi ville morte.
Des pneus qui brûlent un peu partout.Aucun accès vers la ville.L’autoroute est bloquée.Pas de passage sur Azazga et Béjaia.
Des groupes des quelques personnes font la loi et rendent la vie impossible à la population sous le regard admiratif des flics en civil ou en tenue qui doivent se dire dans leur for intérieur:Bien fait pour leur gueule,qu’ils se bouffent entre-eux.Aucune intervention pour rétablir l’ordre,ils doivent bien jouir de voir la situation pourrir et l’existence des gens empoisonnée.
Hier c’était la même chose:tout le quartier de la nouvelle-ville était bloqué.Toutes ls rues étaient barricadées.Les transports bloqués.Parralèlement,une marche grandiose est organisée par les étudiants ,mais pensez-vous vraiment qu’ils ont été écoutés et entendus?Pas sûr.L’essentiel est de laisser passer l’orage et de faire revenir le calme à la longue,par le seul dégoût de la population.C’est la nouvelle stratégie des ces voyous ‘d’en haut’.Pousser au pourrissement et acheter le silence des plus révoltés en injectant à tout va des milliards de dinars qui ne seront comptabilisés que dans le compte des pertes et profits.
Et on se pose la question de savoir ce que font ces 30 ou 40 mille flics maitres ès-bastonnades grassement payés et qui sont là,chaque samedi,pour assurer la sécurité d’Alger.
Parfois je me pose des questions ridicules de savoir si l’Algérie n’est pas seulement Alger et que tout le reste du pays n’est qu’un vaste champs abandonné où paissent des troupeaux de moutons.
Je me demande si quelque part un Ferhat Mhenna ne voit pas juste dans ses propositions et s’il n’est pas en avance d’un demi siècle sur nous.
Je me demande si ces kabyles de Boumerdès,de Bouira,de Béjaia et de Tizi ne sont pas que de pauvres connards,fous à lier,et bons à placer en asile psychiatrique.
Les gens heureux vivent ailleurs,dans le reste du territoire en train de récolter les subventions de leur chéri de Président qu’ils ont élu à 92 % de suffrages.
Je pense tout de même que toutes ces questions méritent d’être débattues sérieusement.Je deviens de plus en plus sceptique .

07/03 : Merci MONSIEUR

pour la précision judicieuse que vous nous apportez et que je reprends ci-après:
« La Commune d’El Madania depuis la nuit des temps compte une population composée de plus de 70% originaires de Guenzet, Beni Ourtilane, Bougaa, Beni Chebaba, Saddok,Bouandas, Tala-Ifacéne, Kherrata, Dra-dra et bien autres régions de la petite Kabylie,, le Maire actuel et son Secretraire général de cette APC sont de la petite Kabylie »…
Là au moins c’est clair et on ne pourra pas incriminer injustement les pauvres arabophones à chaque fois qu’un kabyle est insulté.Le problème dans ce pays restera toujours kabylo-kabyle.Et je peux rajouter une chose à ce que vous affirmez.Les populations peuplant ces quartiers ne l’ont pas fait depuis plusieurs générations;ça remonte à pas très loin et on peut situer cette période aux moments chauds de la guerre de libération nationale.A cette époque où il fallait absolument  se déterminer et s’impliquer dans la lutte armée ,beaucoup ont trouvé refuge à Alger noyé dans la masse incognito,alors que d’autres familles avaient envoyé leurs enfants au  charbon de Kabylie l’un des maquis  des plus pourvus d’Algérie.Se référer aux statistiques si elles existent.
Il faut dire qu’il y avait des harkis ,mais que eux ils se sont déterminés pour un camps et qu’ils avaient au moins ce courage.Je vous laisse le soin d’apprécier la position des incognitos qu’aujourd’hui on retourne pour 4000DA ,qui est la valeur de leur honneur.Notez aussi que d’autres kabyles comme eux ont déjà donné l’exemple à suivre:ils s’appellent Ouyiahia (lui aussi de Salembier) ou Toufik (d’origine bien connue)

17/03:LE FILS DU PAUVRE
L’image est toujours incrustée dans ma tête ,en  cette mi-mars de 62 ,où notre instit ,un brave Corse habitué aux monts escarpés  et son collègue Toulousain qui a tiré plus de 8 ans dans notre village perdu,nous firent sortir dehors pour faire une haie d’honneur au passage du cortège funèbre.On nous annonça qu’un grand écrivain est mort et nous étions là,tout triste,a attendre en cette journée si douce et très ensoleillée.Le cercueil de Feraoun passa pour se diriger à une dizaine de kilomètres plus loin et nous étions émerveillé par le nombre de voitures constituants le cortège.C’était la première fois qu’on voyait autant et c’était la première fois que j’apprenais que ma commune avait enfanté un grand écrivain ,cette commune qui jusqu’à un passé très récent vivait toujours dans le dénuement total.Je me mis à aimer Féraoun ,cet écrivain de chez moi ,et je lisais tout ce que je trouvais ayant une relation avec lui,en ces temps de misère où il était difficile d’acheter des livres.
D’autres hommes et femmes ,forgés dans cette rudesse montagnarde sont arrivés à émerger comme ce fils du pauvre.
Ces anciens Archs,actuellement devenus daira,ont vu naitre beaucoup  de célébrités,entre aures:Marguerite-Fadhma Aït Mansour Amrouche, Cheikh El Hasnaoui, Malika Domrane, Lounès Matoub,Amar Imache,Mouloud Zedek ,Mouloud Iboud,Issad Rebrab …ainsi que de nombreux martyrs révolutionnaires restés anonymes ainsi que le martyr le plus célèbre ,celui du printemps noir Massinissa Guermah…célèbre également comme étant le martyr des occasions perdues.
23/03:Amar / LIBERTE DE LA PRESSE
Pensez-vous Si Djamel qu’il y a des algériens au-dessus de la mêlée et qui respecteraient l’éthique journalistique de façon rigoureuse et sans aucun parti pris? J’en doute.
Encore heureux que le quotidien El Watan ait consacré quelques lignes ,comme vous dites.Cela dénote d’un tant soit peu d’honnêteté de leur part et on peut les en remercier.Notez que cette vérité s’applique à tous les titres,y compris la presse électronique et votre quotidien.
J’espère que vous n’allez pas me démentir et que la conclusion à tirer est de ne compter que sur ses propres moyens.
C’est le stade limite atteint ,jusque là ,par « l’Homo-Algérianus » et il nous reste beaucoup à faire,dans ce pays où l’on n’arrive pas encore à s’accepter même avec un minimum de nos différences.
Ce n’est qu’un avis neutre d’un simple citoyen tout à fait en dehors des cercles journalistiques et des manoeuvres politiciennes.

Amar
24 mars 2011
On excelle dans l’art de reculer!
Déjà qu’on ne sait rien faire du tout dans les domaines majeurs concernant l’avenir de notre nation,voila qu’on arrive au stade de ne plus savoir organiser un match de foot.C’est le comble de l’incompétence. Et comme on sait que les nôtres sont à l’affût de toute opportunité qui peut leur faire gagner quelques centaines de Dinars,(à défaut de remplir des sacs qui reste le jeu favori d’une certaine catégorie haut placée), en usant de méthodes avec lesquelles on bat tous les records extra-sportifs du monde (marché noir,rapine etc..),l’occasion tombe à pic et il faut en profiter à tout prix.
Reste maintenant à savoir ce qu’on fera sur le terrain de la compétition,loyale celle-là.Je vous laisse deviner.Moi je prie le Bon Dieu pour qu’on encaisse au moins 5 buts et qu’on tourne la page définitivement.

25/03 /Vérité islamique
je trouve votre intervention très intéressante.
C’est une leçon d’histoire,une leçon sur la tolérance,une leçon sur la fraternité .
C’est tout un état d’esprit et toute une pratique existentielle.Merci de toutes ces précisions.Je vous suis très reconnaissant de m’apprendre autant de choses,moi qui ai toujours pris l’islam à la légère avec son coté bon enfant plein de commodités.
C’est en approfondissant les choses qu’on arrive à expliquer certains phénomènes de notre époque.Que je suis naif!Et la presse dans tout ça?Je demande pardon d’être sorti du sujet.

Amar:28 mars 2011:REVOLUTION et impérialisme

Il y a des choses qui me dépassent et que je croyais à jamais révolues:Tout faire supporter à l’impérialisme américain ou parfois le décharger un peu pour mettre la pression sur le dos du sionisme israélien et quelquefois impliquer le wahabisme ou le nabot français , et le tour est joué. On peut empaqueter,tout est en ordre et l’explication est toute trouvée.
Mais cette fois ,ça ne passe pas.Les révolutions qui secouent le MENA sont en dehors de toutes ces analyses savantes et Obama ,à mon sens, ne fait que jouer au pompier de la liberté.
Les animateurs des ces révolutions sont des gens sincères et leur cause d’autant plus.Et le tour de l’Arabie Saoudite viendra un jour,à coup sûr.
Alors cessons les présages de mauvais augure et faisons en sorte que chez nous aussi,ça puisse devenir possible.Yes we can,et avec tous mes respects Madame

07/04:
Je ne sais pas trop pourquoi,mais j’ai peur pour mon pays.C’est pour ça que je disais qu’on risque de faire un bond dans le néant,un retour en arrière qui peut nous plonger dans les pires incertitudes.
Un manque  de culture démocratique constaté  après les événements récents de ces derniers mois,un déficit de cohésion sociale,les incohérences à tous les niveaux,un héritage culturel et comportemental absurde légué par un système éducatif et une idéologie d’essence religieuse qui sévit depuis au moins une trentaine d’années,un laxisme politique qui a mené le pays à la dérive,l’encouragement d’une économie de bazar et de l’enrichissement sans efforts sont les ingrédients qui installeront  inévitablement cette mentalité de 14 siècles d’arriération.
Je suis mal dans ma peau.Je suis mal dans ma tête.Je ne suis pas tranquille car on va inéluctablement vers le règne de la loi du plus fort.On risque de finir dans une jungle où les plus faibles et peut-être les plus honnêtes n’ont pas suffisamment de moyens pour y faire face.Et je me pose la question de savoir comment cet état de droit pourra garantir les droits de ces catégories de gens.
A l’allure où vont les choses ,on a pris tout un autre chemin .Beaucoup se sont accaparés des droits qui sont en fait des non-droits,mais que eux considèrent comme des acquis irréversibles.Et on connait le sens du mot acquis dans ce pays.
A titre d’exemple,voyez le nombre d’espaces publics squattés ,je ne serais pas exhaustif car les exemples existent à l’infini et on les vit chaque jour.
Avant de parler d’impérialisme extérieur parlons de cet impérialisme interne qui nous ronge chaque jour un peu plus et contre lequel on ne peut rien faire.
C’est une réponse à un ami ,rapide,un peu décousue et rédigée à l’emporte-pièce.
PAROLES SAGES

Il ne faut pas tout balayer d’un revers de la main:Les hommes honnêtes ont toujours existé
et continuent de nous éclairer par leur clairvoyance et leur sagesse.
Un exemple récent: extrait de la déclaration de Hocine Ait Ahmed à la commémoration de l’assassinat de Mécili.

« ..Mais il manque pour l’instant un ancrage social plus large à toutes ces résistances à l’injustice, à la violence et à l’oppression. Il leur manque aussi l’aide et le soutien de médias authentiquement libres et crédibles.
Il leur manque de se rencontrer et de savoir ce qui les lie et ce qui les sépare pour ne pas tomber dans les pièges de la division et de la diversion.

Je crois profondément que la priorité aujourd’hui est de lancer une dynamique de débat national portant sur les préoccupations et les souffrances quotidiennes des citoyens. Ce débat est incontournable car c’est ainsi que nous retrouverons confiance en nous et confiance entre nous. C’est lui et lui seul qui permettra de retisser le lien social et politique dans notre pays.C’est un long chemin. Mais il fera de nous tous des Algériens véritablement libres. C’est cette voie qui fera que tous ceux qui, comme toi Ali sont partis trop vite, trop tôt, ne se seront pas battus pour rien.Paris, le 9 avril 2011 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s