KAB…OTAGE des cabotinages

La dérive chaotique

le 07.03.11 |

Ce qui est arrivé samedi dans la localité d’El Madania est très grave. En arriver à agresser un chef de parti politique, en l’occurrence Saïd Sadi, et à le menacer avec un couteau, repousse les limites de la répression qui s’abat sur des citoyens algériens qui appellent à des marches pacifiques pour le changement. Non moins graves sont encore les insultes qu’on a proférées à son égard. Il a été traîté de «sale Kabyle», de «Juif» et qu’«il devait rentrer chez lui à Tizi Ouzou». La dérive est assumée officiellement. Le groupe des baltaguia chauffés à blanc avait bien été encadré et sa présence sur les lieux était tolérée par la police. Plus que ça, le groupe des jeunes ameutés contre les manifestants fait bien partie du plan concocté pour réprimer la marche de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD).
On en est arrivés là ! Dès lors, l’on ne peut que juger qu’on n’est plus dans la répression pure et simple mais dans la vulgarité. Il est difficile de penser que l’on puisse mesurer à un tel niveau de l’Etat les conséquences d’un tel dérapage. Jamais la haine n’a été aussi cultivée et érigée en réponse institutionnelle à un mouvement de contestation porteur de revendications démocratiques, et comme leur nom l’indique, sont d’essence pacifique. En fait, nul ne pouvait penser, il y a quelques années, que de pareilles pratiques, surtout après la période dramatique qu’a vécue le pays, allaient atteindre des institutions censées plutôt garantir la sécurité et la protection des citoyens, au lieu de semer parmi eux les germes de la division et les opposer les uns aux autres. Mais hélas, la réalité est poignante. Face à la revendication démocratique pacifique et aux valeurs de liberté, le régime a opté pour la délinquance.
Et la dérive d’El Madania n’est pas un fait divers mais un acte symptomatique du chaos qui nous guette. Gérer le pays par le recyclage de la violence, et l’assumer de manière aussi prononcée, laisse, en effet, apparaître une situation d’affolement face une société qui bouge. Tous les secteurs d’activité du pays sont touchés par des mouvements de grève : l’université, les transports, l’éducation, l’administration et la santé.
Il faut vraiment un total aveuglement pour ne pas voir que l’échec est patent, que la politique dépensière de centaines de milliards de dollars n’a pas sorti le pays du gouffre de la misère. Pour survivre, le gouvernement, qui n’a pas su créer une vraie économie et de la richesse, a été contraint de recourir à l’informel pour absorber, momentanément, les contingents de chômeurs par l’économie parallèle. Le régime n’a pas trouvé mieux que de conjuguer la distribution aléatoire de la rente pétrolière, la répression policière et l’attisement des haines pour étouffer la revendication pacifique pour le changement. Il prend à la gorge une société qui veut respirer à pleins poumons par des procédés qui dépassent tout entendement. A Alger, en plus de la mobilisation de la police, il a pris exemple sur le régime finissant de Moubarek qui a envoyé ses chameaux sur la place Tahrir pour brimer un mouvement qui a fini par le submerger.
Dans le reste du pays, il est revenu sur tous ses engagements, pourtant pris lors du très officiel Conseil des ministres présidé par le premier magistrat du pays, à savoir l’autorisation des marches pacifiques. Mais la répression des manifestations à Oran et l’interdiction d’une marche à Batna montrent bien que «la concession» faite il y a quelques semaines, en pleine tempête, pendant les révolutions tunisienne et égyptienne, se révèle être un subterfuge, plutôt une diversion pour gagner du temps. A présent, l’on s’autorise tout pour mater, partout, les militants de la démocratie. Seulement cela a un prix : le chaos.

Said Rabia

Non à la “3aryanisation” de la vie politique en Algérie !

6 mars, 2011 Posté dans Algérie Politique

balta.jpgPar El Mouhtarem

Nous assistons depuis quelques semaines à des actes de violence perpétrés contre des manifestants par des jeunes recrutés par le pouvoir.  Après le GSPC, le MIA, l’AIS et le GIA, utilisés contre des civils durant la décennie noire, le pouvoir fait appel aujourd’hui à des BaltaGIA pour chasser des Algériens des rues de la capitale. La première fois où le pouvoir a fait appel à des jeunes délinquants pour s’attaquer à des manifestants, c’était le 31 mai 2001, lors d’une grande manifestation organisée à Alger par le Front des Forces Socialistes.

A l’époque, des policiers en civil ordonnaient aux jeunes d’attaquer les manifestants au niveau de la Place des martyrs. Le même sénario s’est reproduit à l’occasion de la marche organisée par le mouvement des Arouch, le 14 juin 2001. Au niveau de la Place du 1er Mai à Alger, l’officier de police “aami” Ahmed appelait des jeunes délinquants à chasser les jeunes kabyles.

Faut-il rappeler que des actes de violence ont été perpetrés également par les AROUCH ? En effet, durant les événements du Printemps noir, des jeunes, certainement manipulés, avaient incendié les sièges de partis politiques notamment du FFS. Aucun parti politique, aucune autorité et aucun journal n’avaient condamné ces actes de violence dont la finalité était de chasser les politiques pour laisser la place aux aventuriers dans cette région.

Lors des élections locales d’octobre 2002, des candidats du FFS ont été agressés et d’autres ont été menacés de mort par des voyous au service du pouvoir et de ses relais. Auncun parti, aucune autorité et aucun journal n’avaient condamné ces actes lâches et vils.

Lors d’un meeting populaire tenue devant le siège de l’APC d’El Kseur à Béjaia, en octobre 2002, le camarade Khaled Tazaghart, avait été agressé par un groupe de voyous ! A 100 mètres du lieu de l’agression, un dirigeant du RCD, aujourd’hui dissident, supérvisait l’opération. Aucun parti, aucune autorité et aucun journal n’avaient condamné cet acte barbare et lâche. Des journaux avaient, au contraire, encouragé la violence.

Il y a quelques années, au niveau de la Maison de la presse “Tahar Djaout”, des jeunes, en compagnie de Belaid Abrika, m’avaient agressé devant des journalistes. Abrika et ses sbires étaient aussi des BaltaGIA.

Aujourd’hui, la société algérienne a le devoir de condamner tous les actes de violence à l’égard des militants politiques. Les hommes politiques doivent donner l’exemple en respectant l’éthique, car monter sur un véhicule de police est aussi un acte de violence. Il relève tout simplement de la “3aryanisation” de la politique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s