LE BUTIN…et les véritables mercenaires.

L’Algérie est un butin de guerre

le 03 Février, 2011
Jeune étudiant à l’époque, sous le règne d’un certain H.Boumediene, il me revient cette blague qui circulait à Alger dans les années 1970.Devant les abus quotidiens  des autorités, des  « ayants droit » des« anciens moudjahids », des « membres du parti unique » et des parasites en tous genres, un vieux monsieur fait la queue pendant de longues minutes,  pour monter dans le bus, quand il est  violemment bousculé par un nouvel arrivant, qui monte avant tout le monde, au mépris de la queue.

Médusé,  il lui demande de quel droit, l’autre lui exhibe alors une Carte d’ancien moudjahid ou du parti, sensée lui donner la priorité.

Le vieux choqué lui dit  alors : « Si on avait fait appel à des mercenaires, ça nous aurait couté moins Cher ».

La symbolique de cette phrase  est restée dans la vox populi, elle prend tout son sens, aujourd’hui 40 ans après. Seule la forme a changé.

La genèse de l’Histoire des dupés que nous sommes  n’est pas récente, elle remonte à l’indépendance, sinon avant même.

1963, un an juste après l’indépendance, la campagne de «sandouk tadha-moun » (la caisse de la solidarité ), avait  dépouillée nos parents de leurs argent et  bijoux, bercés ou bernés  par le discours moralisateur  des  aventuriers faussaires venus en conquérants prendre possession d’un pays devenu « bien vacant ».

Ils étaient arrivés des frontières  dans leurs treillis tout neufs,  leurs chars et leurs  camions  encore rodage, jamais servis, mais dans leurs bagages des desseins diaboliques et discours démagogiques et moralisateurs.

Pour développer  le pays sorti exsangue de la colonisation nous disaient ils !

Tout est  partis en fumée à ce jour, peut être dans les banques suisse ou ailleurs, l’histoire ne nous le dira plus.

Qui ne se souvient dans les mêmes années, des panneaux pédago-publicitaires (3mx4m biens avant ceux de Decaux) qui avaient  fleuris dans nos rues pour nous éduquer : ils disaient «  Cracher par terre, c’est cracher sur son pays » ! Curieuse façon d’enseigner l’éducation.

Il eut été plus simple et plus honnête de nous dire seulement, « parce que c’est sale » sans faire dans le discours idéologique creux de tartuffe.

Nos dirigeants à l’époque, les mêmes qu’aujourd’hui, nous signifiaient que nous n’étions que des gueux seulement, capable de  manger, de forniquer et, de cracher par terre.  L’élite, c’est bien sûr eux.

Les jeunes nés après ces années là, qui n’ont connu ni la révolution ni l’après, pourrons mieux comprendre comment leurs parents furent floués par les discours hypocrites et prédateurs de ces mercenaires qui sévissent encore aujourd’hui.

Cette jeunesse, aujourd’hui brimée méprisée réduite à la fuite sur des radeaux de fortune ou au suicide sous toutes ses formes pourrait méditer la blague caustique de ce vieux monsieur, qui n’a prédit que la genèse de notre malheur actuel.

Nos dirigeants, les mêmes depuis  1962, se targuent de leur légitimité, juste par leur participation à la guerre d’indépendance, et surtout d’avoir été en tête « de gondole »en costumes cravates, pour se croire, au dessus du lot, et des lois, comme les rois légitiment leurs trônes par le don de dieu.

C’est leur butin de guerre en somme.

L’Algérie, butin de guerre de quelque mercenaires, « sans foi, ni loi, ni patrie pour certains  » gouvernent ce beau pays à travers des petits sous traitants insignifiants, devenus à leur tour aussi prédateurs que leurs maitres.

Finalement l’arnaque des bijoux de «sandouk tadhamoun » partis en fumée n’étaient en somme que le hors d’œuvre, la mise en bouche (comme ont dit dans ces milieux d’éduqués qui ne crachent pas  par terre, seulement sur le peuple).

Depuis ce sont des milliards de dollars qui fuitent à l’ombre des discours moralisateurs, et  de la répression policière et militaire.

Ils nous abreuvé à satiété, de leurs discours à l’emporte pièce, qu’ils nous exhibent comme des épouvantails pour nous réduire au silence et, à la soumission.

Chez les  anciens résonnent encore ces formules toutes faites « notre  socialisme spécifique », « défendre les acquis de la révolution », »préserver nos valeurs », se méfier « de l’occident et ses valets » et «  des complots ourdis par ??? », etc.…

Aujourd’hui, le discours démagogique a évolué dans sa forme, mais son dessein reste le même : nous faire taire.

Les laboratoires du pouvoir ne chaument, leurs cartons sont remplis  d’épouvantails gravés de lettres telles que FIS, GIA, ACQMI, pour mieux justifier le climat de terreur dans lequel ils nous maintiennent pour mieux profiter de leur butin.

Les scandales se suivent et se succèdent, ils ont pour nom : Enapal ,Sonatrach,  Khalifa  Bna  Cpa  autoroute est ouest ,le clan Présidentiel , les fils des généraux ,Les commissions occultes ,les marchés truqué, les copains et coquins, le bourrage des urnes, et le mépris en sus ,…la liste est trop longue pour qu’on s’y attarde  ici.

Alors que pendant ce temps nos enfants, ne crachent  plus par terre, mais crachent sur leurs vies, pour  se précipiter dans le vide, dans le bras des barbus, dans la mer, et maintenant dans le feu.

Irrémédiablement l’Algérie est bel et bien un butin de guerre, vous aviez raison, cher vieux sage, des mercenaires auraient coûtés moins cher.

Said.O


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s